Dominique Humbert : "Pourquoi j'en ai toujours besoin"

VM Humbert DDominique Humbert de la coordination rurale estime qu’il faut réduire les pesticides, mais revendique le droit à l’expérimentation. (Photo J. HUMBRECHT)

Pourquoi j’ai besoin du glyphosate, c’est le titre d’un texte du responsable régional de la coordination rurale. Le syndicat minoritaire paysan revendique le droit à l’expérimentation et au pragmatisme. Son porte-parole départemental, Dominique Humbert, paysan à Bayecourt dénonce l’hypocrisie de l’interdiction du glyphosate et explique pourquoi il a besoin de s’en servir dans le cadre dune agriculture pourtant... raisonnée.

« Aux États-Unis, on a des OGM résistant au glyphosate. Si on interdit ce pesticide ici, nos animaux seront quand même nourris avec du soja OGM américain. On va l’interdire ici, produire à terme 10 à 15 % de moins et importer plus de nourriture ? » s’interroge Dominique Humbert.
Le paysan comprend qu’il faut utiliser moins de pesticides et affirme être engagé dans une telle démarche. Pour autant, il revendique le droit à l’expérimentation et réclame un peu de temps avant de pouvoir s’adapter. À Bayecourt, Dominique Humbert pratique le « semis direct » sur ses parcelles. C’est-à-dire qu’il ne laboure plus la terre, il la laisse travailler et il n’utilise plus ses engins agricoles pour ce travail fastidieux. « On ne laboure plus les sols, il faut que les sols soient vivants », explique-t-il. « On a un couvert qui est permanent pour la faune », insiste-t-il. Le glyphosate, il en a besoin de temps pour nettoyer son champ et pouvoir semer à nouveau. Mais attention, précise-t-il, à des doses diluées. « L’utilisation du phyphosate me permet de ne pas utiliser d’autres désherbants », argumente l’agriculteur. Notamment l’herbicide. Dominique Humbert sème du colza non hybride à partir de ses propres semences. Il ne sème pas du « Monsanto ». Ensuite, il met du pois, du sarrazin, du trèfle blanc. « Zéro insecticide, zéro herbicide mais un peu de glyphosate », explique l’agriculteur.

K.T.