La commune a désormais son cadastre solaire

La commune est une des premières du Grand Est à avoir fait établir son cadastre solaire pour connaître son potentiel de production d’énergie via des panneaux photovoltaïques sur des bâtiments privés ou publics.

Eglise Vosges Matin

La salle du musée n’était pas pleine ce samedi mais les présents avaient déjà bien réfléchi au dossier. La réunion de présentation du cadastre solaire était une marche supplémentaire de l’ascension entreprise par la commune vers les économies d’énergie. « Nous sommes engagés dans un parc éolien et nous avons déjà installé des panneaux photovoltaïques sur l’église », rappelait le maire Bernard Maetz.

La commune fait partie, avec Faucogney-et-la-Mer (Haute-Saône) et Lautenbach (Haut-Rhin) d’un programme d’étude qui vise à évaluer le potentiel photovoltaïque de chaque bâtiment. Objectif : dans une démarche privée ou collective, produire de l’énergie et tendre vers l’autonomie.

Le bureau d’étude Hespul, basé à Lyon, s’est chargé de l’analyse en fonction de l’exposition des toitures, des zones d’ombre (cheminée, église) et d’autres critères pour établir une cartographie en couleur du potentiel. « Évidemment, il faut affiner au cas par cas, convient Cécile Miquel, du bureau d’études, mais cela permet au moins de se rendre compte de la faisabilité ou pas. Là, je vous donne au moins un niveau de prix et de capacité de production pour que vous puissiez faire un choix ensuite. »

Bâtiments d’habitation, exploitation agricole, édifice public, tout est éligible à l’énergie solaire. Il faut juste une bonne exposition et l’installation nécessaire. Question coût, justement, en dix ans, « la facture a été divisée par deux », explique Olivier Thil, chargé de mission au Parc naturel des Ballons des Vosges, le financeur de l’étude dont la prochaine phase pourrait voir, si c’est l’option retenue, la création d’une centrale villageoise de production. Après « un gros travail sur la maîtrise de la consommation d’énergie, nous passons désormais à la production de cette énergie ». « Un dossier pas facile, renchérit le maire, par ailleurs vice-président du Parc des Ballons, notamment autour du parc éolien (lire ci-contre) parce qu’il fait réagir mais les collectivités locales commencent à se saisir des choses pour lutter contre le changement climatique. »

Ensuite, consommation totale, revente du surplus ou stockage en batterie, plusieurs solutions sont disponibles pour tirer le meilleur profit, financier et environnemental, de l’électricité ainsi produite.

M. J.  -  9 avril 2017